analyse

Le travail d'un référenceur


On ne sait pas trop ce que fait un référenceur, lorsqu'il intervient sur un site...
Perçons une partie d'un mystère, en revenant sur certains types de travaux effectués par celui-ci.
C'est parti !




Un référenceur envoie à son client une sélection mot-clé, rédige des meta balises et met en place l'url rewriting.

Revenons sur chacun de ces travaux, essentiels pour positionner un site web...





1/ La sélection mots-clés


Il s'agit d'identifier les mots-clés sur lesquels positionner le site. Voici une opération fondamentale, qui va conditionner tout le reste !


a) Adwords

Cette sélection s’opère à partir du générateur de mots-clés Google Adwords que les référenceurs ont détourné de son but initial, puisqu’il s’agissait au départ de donner la possibilité aux annonceurs sur Adwords de déterminer sur quel mot-clé ils allaient pouvoir construire leur campagne de promotion sur leur site. Cet outil renseigne sur le nombre de recherches des internautes sur Google par mois pour tel ou tel mot-clé, et sur la concurrence des annonceurs sur celui-ci.

Or ces deux données intéressent les référenceurs. En effet, il est inutile de bien référencer les sites dont on a la charge sur des expressions qui ne sont pas recherchées par les internautes. De même, le degré de concurrence des annonceurs sur tel ou tel mot-clé reflète la concurrence que se font les sites pour apparaître en première page de Google sur celui-ci.

Pour résumer : la première donnée indique au référenceur quel intérêt il peut y avoir à se référencer sur tel ou tel mot-clé, la seconde indique quelle sera la difficulté du référencement sur celui-ci.


Google Adwords indique également quelle variante du mot-clé est la plus recherchée, et donc la plus intéressante pour le référencement (par exemple, « restaurant à lyon » ou « restaurant lyon » ? « hotel Paris » ou « hôtel Paris » ?).

Mais Adwords n’est qu’un outil, et il faut savoir l’interroger. C’est ici que se révèle le talent et l’expérience du référenceur, selon le choix des thématiques qu’il aura choisi de privilégier pour référencer le site.


b) le « tact » du référenceur

Il lui faut tout d’abord comprendre de quoi le site parle, quel est son objectif, sa thématique principale. Pour pouvoir bien référencer un site, il faut le comprendre. Une culture générale assez vaste est donc requise, pour saisir le sens de sites parfois très techniques.

Ainsi, le premier site pour lequel j’ai eu à faire une recherche mot-clés était le site d’une CCI, et mon travail a été peu efficace, car j’ignorais au départ ce que pouvait être une CCI, et de manière plus générale, la sphère économique me restait étrangère, du fait de ma formation littéraire.


Pour bien référencer un site, il faut essayer de deviner ce qu’un internaute susceptible d’être intéressé par celui-ci pourrait taper dans un moteur de recherche pour y parvenir.

Le référencement repose donc sur une sorte d’osmose ou d’empathie avec l’internaute type, empathie qui va nous permettre de deviner quel mot-clé celui-ci taperait dans le moteur de recherche. C'est ce que j'appelle le "tact" du référenceur.

Pour certains sites, ce travail est aisé. On sait par exemple qu’un internaute désireux de trouver un site de voyage dans les Antilles va taper « voyage îles » ou « vol Antilles ». Mais quelle expression va taper un internaute intéressé par un site consacré à la responsabilité sociale des entreprises, pour lequel j’ai dû faire des écritures, alors même que j’ignorais la signification de la RSE ?


Plus que la définition de tel ou tel terme technique, le référenceur doit saisir l’ « univers » dans lequel se déploie un site.

Pour réaliser le référencement d’un site catholique, par exemple, comme celui consacré à Sœur Emmanuelle, il nous semble qu’il ne faudrait pas seulement connaître la définition de tel ou tel terme catholique, mais saisir la signification de l’élan religieux lui-même -et par là même, la psychologie d’un internaute qui se réclame du catholicisme- afin de deviner ce qu’un tel internaute peut taper comme expression dans Google lorsqu’il cherche des sites en rapport avec sa foi.


c) une stratégie adaptée au site

Le référenceur freelance doit, pour opérer une sélection mot-clé pertinente, déterminer quelle ambition de référencement peut afficher un site.

Il sera en effet impossible à un site qui vient d’être créé de se positionner sur certains mots-clés, très génériques. Il aura en effet comme concurrents sur ce positionnement des sites parvenus à maturité, jouissant d’un Page Rank élevé, et abritant des dizaines de milliers de page.

Dans ce cas, toute stratégie de référencement sera inutile. Il vaut mieux que le site essaie de se positionner sur des mots-clés plus spécifiques (par exemple « hotel paris VIè » que « hotel »), même s’ils sont beaucoup moins tapés par les internautes dans les moteurs de recherche.

Un vrai expert en référencement saura donc sur quel type de mot-clé positionner un site, en fonction de la nature de celui-ci.


Lorsque la sélection est effectuée, on envoie la liste au client pour qu’il la valide. Des difficultés peuvent surgir, parce que certains clients comprennent mal la démarche du référencement.

Ils veulent être positionnés soit sur des mots-clés très concurrentiels, sur lesquels ils n’ont aucune chance d’être visibles, ou encore veulent se positionner sur des expressions qui ont un rapport réel avec leur activité mais ne font l’objet d’aucune recherche de la part des internautes.


2) Les écritures


a) L’URL Rewriting

Les écritures de référencement s’opèrent page après page. Il faut tout d’abord, pour chaque page, sélectionner six ou sept mots-clés à partir desquels on va opérer les écritures.

On est alors en mesure de procéder à l’ URL rewriting : on sélectionne un ou deux de ces mots-clés et l’on constitue une nouvelle URL à partir de ceux-ci.

Par exemple, imaginons le site d’un vendeur de voiture : Dupond Durand. http://www.duponddurand.com/673&7%5 devient http://www.duponddurand.com/contactez-un-vendeur-de-voiture.html

Ainsi cette page sera mieux référencée sur ces mots-clés qu’une page comportant des URL dépourvue de mots-clés et comportant des caractères spéciaux tels que « & » ou « % », mal lus par les moteurs de recherche.


b) Les meta balises

On procède alors à la rédaction des titres des pages. Il s’agit pour le référenceur d’utiliser toute la longueur de titre reconnue par les moteurs en essayant d’utiliser, en les combinant, plusieurs mots-clés. Sur cet article, un porte-parole de Google recommande de n'utiliser que deux "money keywords" maximum par titre.

Dans les descriptions, il faut créer de véritables phrases, là encore en employant le maximum de mots-clés dans la longueur reconnue par les moteurs.

Cela donne un style littéraire très spécial : puisque ces descriptions sont lues par les internautes dans les résultats de moteur de recherche, il s’agit de faire des phrases compréhensibles. Mais en même temps, l’impératif d’utiliser des mots-clés engendre des phrases au style très particulier, rédigées à la fois pour des moteurs de recherche et des êtres humains.


Une fois achevées, ces écritures sont confiées par le référenceur au client pour qu’il le transmette à ses développeurs. Ceux-ci n’auront plus qu’à faire un copier-coller dans le code-source des pages correspondantes du site.

Ils auront également, pour que l’URL rewriting soit correctement effectuée, à opérer des redirections 301, c’est-à-dire à signaler aux moteurs de recherche que les pages qui répondaient à une URL non optimisées ont changé d’adresse URL. Si cela n’était pas fait, les moteurs de recherche considèreraient les pages optimisées comme de nouvelles pages et l’on risquerait d’être pénalisé du fait du soupçon de duplication de contenu.


Les écritures sont assez laborieuses à rédiger. Le caractère répétitif de la tâche peut être rebutant, surtout lorsqu’il faut optimiser un site d'une centaine de pages. Les écritures pour vingt pages prennent une journée entière. Le référencement n'est pas toujours la tâche la plus agréable !


Les réécritures : il s’agit d’un travail plus délicat que des écritures classiques, car il prend pour objet des sites qui ont été mis en ligne depuis un certain temps ; certaines pages ont déjà acquis des positions sur certains mots-clés qu’il faut essayer de conserver.

Il est donc nécessaire de doser soigneusement dans nos réécritures les mots-clés antérieurs que l’on conserve avec les nouveaux mots-clés à mettre en place (avec, avant tout chose, une actualisation de la demande et de la concurrence des mots-clés sur Adwords).


Voilà, vous en savez déjà plus sur le métier de référenceur. Cela n’est que la première étape du travail. En fait, pour être sûr que votre site soit bien optimisé, le plus simple est de me contacter !



séparateur

Partager

Croix multicolore

Un article rédigé avec application spécialement pour vous !

encerclez-moi

séparateur

Cet article vous a plu ? Découvrez-en d'autres !

  • Les SEO Cats
  • La page la plus polémique du SEO
  • Google a besoin d'un référenceur !




une fleche


encore plus d'articles